Recherches

Curriculum vitæ (CV) de Diego Miralles Buil – septembre 2019.

[FR] (En español (castellano) más abajo).

Sujet de thèse :

La reterritorialisation des politiques de logement en Espagne depuis les années 2000. Entre réaffirmation du rôle des régions et réappropriation citoyenne et locale de l’habitat.

  • Questionnements de la thèse

La Constitution espagnole de 1978 a décentralisé les compétences en matière de logement, donnant ainsi un rôle déterminant aux régions ainsi qu’une forte autonomie aux communes. Pourtant, la plupart des recherches sur le logement en Espagne abordent le rôle de l’État et des communes et ont souvent délaissé le niveau régional. Cette thèse de géographie sociale et politique entend pallier ce manque et propose d’analyser le processus de reterritorialisation¹ du secteur du logement en Espagne depuis les années 2000 afin d’appréhender l’actuelle reconfiguration des acteurs du logement aux niveaux régional et local. Cette reterritorialisation du logement et de l’habitat peut être à la fois vue comme une réaffirmation des acteurs publics au travers de politiques publiques territorialisées mais aussi comme une réappropriation locale du thème du logement et de l’habitat par les citoyen·e·s eux-mêmes. Ainsi, cette thèse vise à questionner comment, depuis l’éclatement de la bulle immobilière espagnole, le logement redevient une question politique, notamment au niveau des régions (communautés autonomes). Dans cette thèse, nous nous demandons donc si l’institutionnalisation des mouvements sociaux pour le droit au logement (notamment au sein des “municipalités du changement” de Barcelone et Madrid), la réappropriation locale collective et la réaffirmation du rôle des régions témoignent d’une reterritorialisation du secteur du logement et de l’habitat et d’une nouvelle gouvernance locale du logement en Espagne. La structure de l’État espagnol impose alors de mener la réflexion en plusieurs points du territoire afin de saisir la diversité des trajectoires empruntées par les communautés autonomes et les municipalités. Comment les différentes communautés autonomes d’Espagne font-elles face à l’effondrement du modèle conventionnel de logement espagnol ? Comment l’actuelle reprise en main du secteur du logement par les acteurs publics s’articule-t-elle avec les volontés de réappropriation locale de l’habitat par les habitant·e·s ? En quoi cette articulation témoigne-t-elle d’un processus de reterritorialisation du secteur du logement posant les bases d’une nouvelle forme de gouvernance urbaine de l’habitat ?

Dans l’optique de répondre à ces questions, cette thèse, résolument multiscalaire, se propose d’analyser la reconfiguration des acteurs du logement aux échelles régionales, municipales et locales. Premièrement, elle étudie le repositionnement différencié des régions sur le thème du logement : le développement de nouvelles politiques publiques de logement au niveau régional, le lien entre politiques de logement et stratégies régionalistes et/ou indépendantistes des régions d’Espagne, etc. Deuxièmement, la thèse analyse l’échelle municipale afin de comprendre comment les différentes municipalités tentent de proposer des solutions face à la crise du logement de 2008. Le cas des « municipalités du changement » de Madrid et Barcelone, provenant de candidatures citoyennes et se revendiquant d’un « nouveau municipalisme », sont tout particulièrement analysés. Enfin, au niveau local, ce travail de recherche aborde les volontés des citoyens de reprendre en main le thème du logement. Cela peut se matérialiser par des mobilisations sociales luttant pour le droit au logement ou encore par le développement par les citoyen·ne·s de projets d’habitat participatif autonomes afin de trouver des solutions d’accès au logement abordable par eux-mêmes (coopératives d’habitant·e·s, cohousing, etc.). Beaucoup de citoyen·ne·s voient dans ces projets un moyen de s’autonomiser vis-à-vis du secteur financier ainsi que plus largement un moyen de se réapproprier le territoire local, en premier lieu leur quartier.

Ce travail de thèse se base en grande partie sur le processus de territorialisation-déterritorialisation-reterritorialisation (TDR) développé par G. Deleuze et F. Guattari mais également fortement mobilisé en géographie, notamment par C. Raffestin. Ainsi, suite à la déterritorialisation² du secteur du logement en Espagne, ce travail de thèse analyse l’actuel processus de reterritorialisation du logement et de l’habitat. Ce processus témoigne d’un ré-ancrage de ce secteur à un niveau régional et local, ce qui permet de questionner l’actuelle reconfiguration des cadres de l’action publique sur le thème du logement ainsi que l’articulation entre les citoyens mobilisés et les administrations publiques.

  • Choix des terrains et méthodologie du travail de recherche

Afin de prendre en compte ces reconfigurations d’acteurs dans leur diversité, le travail de recherche suit une démarche d’ethnographie multi-située autour d’une analyse croisée de quatre régions aux caractéristiques sociales, économiques et politiques distinctes vis-à-vis du logement : la Catalogne, l’Euskadi, la Communauté de Madrid et l’Andalousie. Pour choisir ces régions, nous avons pris en compte plusieurs critères : la variété de leurs caractéristiques socio-économiques, du nombre d’expulsions résidentielles, de la présence du secteur touristique, de l’histoire des mouvements sociaux pour le droit au logement, et de leurs relations avec les administrations locales. Afin d’aborder le lien entre territorialité et logement³, la forte présence dans certaines régions de mouvements et de partis politiques indépendantistes ou régionalistes a également été un critère important dans le choix des terrains d’étude. Enfin, pour analyser l’encastrement des acteurs du logement dans les contextes institutionnels et politique, régionaux, municipaux et locaux, une sélection de deux à trois villes a été réalisée dans chacune des régions choisies. L’existence de projets d’habitat participatif et coopératif dans ces différentes villes a été un critère central dans le choix de ces dernières. Ces projets d’habitat alternatif permettent de matérialiser le lien activement recréé entre les différentes échelles de gestion du logement, tout particulièrement entre les régions, les municipalités et les citoyens.

Ce travail de thèse est basé sur la réalisation d’entretiens (semi-directifs et libres), d’observation participante lors de réunions, journées d’études, séminaires et workshops organisés par différents acteurs du logement ainsi que sur l’exploitation d’un corpus documentaire (textes de lois, d’urbanisme, presse). Ces matériaux qualitatifs sont croisés avec une approche quantitative et cartographique.

1 Selon J-M Fournier, ce processus correspond à une « pratique qui vise à réintroduire un sentiment d’appartenance, d’appropriation et d’identité collective lorsque, dans un lieu donné, ce sentiment a disparu » (Fournier, 2007, p. 32).
2 Selon Félix Guattari la notion de déterritorialisation témoigne d’une « destruction des territoires sociaux, des identités collectives et des systèmes de valeurs traditionnels » (Guattari, 2008, p. 129). Ici, la déterritorialisation du secteur du logement provient de l’abandon de ce secteur par les acteurs publics ainsi qu’à la perte du lien de territorialité entre les citoyens et leur environnement proche, notamment induit suite à la perte de leur logement (pour le cas d’une expulsion résidentielle).
3 Notamment les questions de construction, d’appropriation territoriale et d’identité régionale en lien avec la conception de l’habitat et l’élaboration des politiques de logement. Par exemple, seules la Catalogne et l’Euskadi sont pourvues d’une loi reconnaissant l’existence des coopératives d’habitation de cession d’usage (une forme d’habitat alternatif anti-spéculative défendant la propriété collective).

—-

[ES]
Hago una tesis doctoral de geografía en la Universidad de Lyon 2 (Francia), sobre : « La reterritorialización de las políticas de vivienda en España desde los años 2000. Entre reafirmación del rol de las regiones (comunidades autonomas) y reapropiación ciudadana y local del hábitat ».
Este trabajo doctoral se presenta como una geografía política y social de la vivienda en un país emblemático de las derivas de la economía inmobiliaria financiarizada ; se centrará en las modalidades de reterritorialización de la vivienda, a escalas regionales y locales.

Este proyecto de tesis se puede sintetizar en dos puntos:

1/ Analizar el actual desarrollo de políticas de vivienda “alternativas e innovadoras” (alquiler social, cesión de uso, cooperativas…) para solucionar la crisis de la vivienda ; Analizar los vínculos y los conflictos entre los distintos actores de la vivienda (comunidades autónomas, ayuntamientos, movimientos sociales, cooperativas, empresas, habitantes…). Por ejemplo, hay unos actores en Barcelona que quieren incidir en la transformación de la función social de la vivienda y superar la lógica de la propiedad privada mediante la creación de un parque de vivienda social en alquiler y en cesión de uso…

2/ Analizar la voluntad de implicación de los/las habitantes y su voluntad de reapropiarse el tema de la vivienda y del hábitat (en efecto, muchos colectivos urbanos españoles intentan construir proyectos alternativos de vivienda y de hábitat). Además, nos interesaría analizar cómo se integre (o no) esta voluntad de reapropiación de la vivienda  – por los/las habitantes – en las políticas públicas (institucionalización…). Por ejemplo, esta tesis tratara del tema del hábitat participativo, de las cooperativas de vivienda de cesión de uso o de maneras más amplia de los procesos de participación de los/las habitantes en el tema de la vivienda (o, también, del “nuevo municipalismo” de algunas ciudades como Madrid y Barcelona). La idea sería también analizar las posiciones des los actores de la vivienda frente a la institucionalización de estos cambios.

Para decirlo de otra forma, la idea de esta tesis es analizar si los recientes cambios políticos español sobre el tema de la vivienda recreen un lazo social y político entre las distintas escalas (y entre administraciones y habitantes) y ver si se produce una “reterritorialización” del tema de la vivienda (al nivel regional y local). 

[…]
Para mi segunda tesina de Máster, he analizado el retorno de las cooperativas de vivienda de cesión de uso (propiedad colectiva) y la reconfiguración de los movimientos por el derecho a una vivienda digna y asequible en Barcelona.

CanBatllo01

Can Batlló, un projet de réappropriation d’une ancienne fabrique textile par les habitants du quartier de la Bordeta à Barcelone (Diego Miralles Buil, 2014)